Actualités

Des consultations externes pour empêcher la mise en dialyse

Entretien avec le Dr José Guiserix, néphrologue à Saint-Joseph, est le nouveau président de la Conférence médicale d’établissement (CME) de l’AURAR.

Dr Guiserix, que est le rôle de la CME ?

La Commission médicale d’établissement (CME) définit la politique médicale, élabore son règlement intérieur, et veille à l’indépendance professionnelle des praticiens qui la composent. Elle propose des actions de prévention en lien avec les programmes de santé publique, élabore la politique d’amélioration de la qualité des soins et participe à son évaluation, notamment en lien avec la commission des usagers. Le projet médical forme la base du projet des établissements de santé, qui identifie les moyens et équipements sanitaires de toute nature, ainsi que les personnels nécessaires à sa mise en œuvre.

Quels sont les projets que vous souhaitez mettre en œuvre durant votre mandat ?

Avec mes confrères néphrologues et en lien avec notre vice-président Nicolas Cazali, pharmacien gérant et responsable de la commission qualité, nous souhaitons développer la prise en charge des maladies rénales par le développement des consultations externes, dans le droit fil du programme national pour éviter ou retarder leur progression jusqu’à la nécessité de la dialyse ou de transplantation.
Avec onze sites de dialyse qui proposent l’ensemble des modalités thérapeutiques, l’Aurar dispose d’une offre de proximité, organisée par territoire (Ouest-Sud-Nord-Est), qui couvre l’ensemble du département, comme le préconise le schéma régional de santé pour répondre aux besoins de la population en offrant une prise en charge de proximité.
« Notre seule préoccupation : la sécurité et la qualité des soins apportées aux patients »

L’image de l’Aurar a été mise à mal par une campagne médiatique à charge depuis plusieurs mois. Comment la communauté médicale réagit-elle face à cela ?

La communauté médicale tient à rassurer la population sur la qualité des soins dispensée à l’Aurar, et dont elle a la responsabilité. Je rappelle que notre établissement s’est vu décerner une certification, sans réserve et avec la notation maximale dans tous es indicateurs, par la Haute Autorité de Santé en 2016. Je ne m’exprimerai pas sur les procédures en cours, la seule chose qui nous importe est la sécurité et la qualité des soins apportées aux patients.

Quel est votre avis sur le projet de réforme du financement de la dialyse ?

« Notre association a toujours été pro-active dans le parcours d'accès à la greffe ».C’est un processus en cours depuis de nombreuses années, qui a pour but de réduire l’empreinte financière de la dialyse sur les comptes de la nation. Les néphrologues participent déjà aux efforts de réduction de dépenses, tout en veillant à ce que la qualité des soins soit préservée, que les médicaments soient bien utilisés, que les patients aient accès à la liste de transplantation rénale mais aussi en proposant un accès néphrologique pour la prévention de l’insuffisance rénale.

Justement, l’activité de transplantation rénale au CHU a été marquée par une nette reprise en 2018. Plus de 60% des personnes greffées étaient prises en charge par l’Aurar. Cette tendance va-t-elle se conforter ?

On le souhaite bien entendu. C’est une activité fragile, complexe, qui fait intervenir de nombreux paramètres dont nous ne sommes pas toujours maîtres.
L’Aurar devra s’adapter au rythme de développement de cette activité, en participant au suivi des patients transplantés rénaux à proximité de leur domicile. Notre association a toujours été pro-active dans le parcours d’accès à la greffe, dans une collaboration étroite avec les services hospitalo-universitaires du professeur Henri Vacher-Coponat.

L’Aurar souhaite développer les consultations néphrolo-giques externes. Quel est le public ciblé ? Pour quels objectifs ?

Toutes les personnes concernées par une maladie rénale, qui sont adressées par un médecin. L’objectif, c’est de confirmer l’atteinte rénale, d’en trouver la cause pour proposer aux médecins traitants le traitement et le suivi permettant d’empêcher ou retarder l’évolution vers la dialyse ou la greffe.

Retrouvez cet article dans le dernier AURAR MAG :

Retrouvez-nous aussi sur :

Facebook :
aurar.dialyse.nutrition
Cliniqueomega

Youtube : Web TV de l’Aurar

Twitter : @aurar974

Dernière mise à jour : 14 juin 2019   ///   Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.